Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/03/2011

Affaire Galliano: le plaignant ne croit pas que le styliste soit raciste

john_galliano.jpeg

L’homme qui a porté plainte contre John Galliano pour des propos antisémites dit “ne pas croire” qu’il soit “raciste” ou “antisémite”, et “ne veut pas que l’on détruise comme ça” l’ex-directeur artistique de Dior (LVMH), dans un entretien au quotidien Le Parisien jeudi.

Cet homme, prénommé Philippe, confirme que le couturier a tenu des propos antisémites lors d’une altercation dans un café parisien en février, mais se dit “convaincu que ses mots ont dépassé sa pensée”. “Je ne crois pas qu’il soit raciste, ni antisémite”, ajoute-t-il. “Depuis cette histoire je me suis renseigné sur son travail. J’ai vu qu’il mettait en avant les différences et qu’il mélangeait les cultures dans ses défilés. Je crois, surtout, qu’il est très malade et que c’était pour lui, avant tout, une provocation”.

Le plaignant dit qu’il ne “peut pas faire autrement” que de maintenir sa plainte, “la machine judiciaire (étant) lancée”. Mais “il y a eu un tel déchaînement médiatique autour de cette histoire. Pour moi, il s’agit d’une simple dispute de bar. John Galliano ne mérite pas ça. Je ne veux pas qu’on le détruise comme ça”, conclut-il.

John Galliano doit comparaître pour injure raciale au deuxième trimestre 2011 devant le tribunal correctionnel de Paris, après une altercation avec un couple dans un café à la mode du quartier parisien du Marais. Interpellé en état d’ébriété, il est accusé d’avoir proféré des propos racistes et antisémites. Il nie les faits et a porté plainte pour diffamation. Il a toutefois présenté ses excuses.

La maison Dior l’a licencié. John Galliano risque 6 mois de prison et 22.500 euros d’amende.

© AFP-Internet - Retrouvez la dernière présentation Galliano ici.

Christophe Decarnin, de chez Balmain, absent à la fin de son défilé

balmain.jpeg

Alors que la rédaction s’affaire à mettre en ligne les photos des derniers défilés de la Fashion Week automne-hiver 2012, un détail attire notre attention. Sur les photos que nous avons de chez Balmain, au passage, que nous adorons, il nous manque quelqu’un : le designer  Christophe Decarnin.  Interrogation, Galliano ne serait apparemment pas le seul à avoir loupé le final de son défilé de cette année.

Mais que s’est-il passé ?

Après une petite recherche sur la toile, on apprend effectivement que Christophe Decarnin n’était pas présent à la fin de son défilé pour cause de grande fatigue.  Enfin, ça c’est que nous explique Alain Hivelin, propriétaire de la marque Balmain. D’après le Women’s Wear Daily, la situation serait tout autre. Le Français ne se serait pas présenté pour des raisons médicales, et serait actuellement dans une clinique pour dépression nerveuse.

Difficile à imaginer quand on regarde sa dernière collection, et quand on sait que depuis que le designer a rejoint la maison Balmain en 2006, le chiffre d’affaire du groupe a été multiplié par 5.  Mais les faits sont là et cette absence nous mène à une question.  Nos designers ne seraient-ils pas un peu trop sous pression ?

Après la perte de Mc Queen, le pétage de plomb de Galliano et l’internement de Decarnin, on peut se poser la question.  Espérons que nous en restions là pour cette année.

Retrouvez également cet article sur Essentielle.be - Découvrez la collection Balmain ici.

Vidéo : Le film "Absolu Nu" avec Kate Winslet pour Lancôme

Coup de coeur : Blake Lively pour Mademoiselle Chanel

lively_chanel.jpg

Fashion Week : Chanel

chanel.jpeg

Pour cette Fashion Week, Karl Lagerfeld a imaginé pour Chanel un décor post-apocalyptiques noir anthracite, parsemé de pierres  fumantes et y à fait défiler des mannequins aux allures de guerrières. Le défilé se tiend Grand Palais et débute au son de A Forest (The Cure).

Les filles défilent quasi toutes en pantalons noirs en ou gris, avec à leurs pieds des brodequins quasi militaires. La deuxième partie du show reste dans la tonalité romantique et gothique, mais sera adoucit grâce à la transparence des robes.

Découvrez les photos du défilé chanel ici.

 

11:42 Publié dans Mode | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fashion week : chanel

09/03/2011

Fashion Week : le premier défilé Christophe Lemaire pour Hermès

Hermes_6.jpeg


S’il y a un exercice qui ne doit certainement pas être évident, c’est celui de reprendre la direction artistique d’une grande maison de luxe après un designer de renom. C’est pourtant l’exercice auquel le couturier Christophe Lemaire vient de s’adonner avec brio.


Pour son premier défilé, l’ancien directeur de la maison Lacoste, a réussi à tirer ses épingles du jeu en rendant hommage à la maison Hermès dont il vient de reprendre, en mai dernier, la direction artistique, succédant ainsi au designer Jean Paul Gaultier.

Le défilé a eu lieu dans la superbe boutique Hermès, rue de Sèvres (Paris) et a été qualifié «d’honnête » par l’ensemble de la presse spécialisée. On y découvre ainsi des silhouettes un brin modernes minimalistes, légèrement habillées, tout en restant très sportwears.  Un savant mélange qui nous emmène tout droit dans un voyage aux connotations de Jules Vernes, voir du Petit Prince de Saint Exupéry.

Pour ce défilé, on peut sentir que la couleur à une forte place, on peut ainsi y découvrir des silhouettes tantôt en total look blanc écrémé, tantôt en rouge flamboyant.  Les capes et manteaux oversizes y ont trouvés leurs places, comme pour nous protéger lors d’un voyage dans des contrées inconnues. Mailles, cuissardes de cuir et fourrures sont également de la partie.  Le mélange camel, cuir et noir  ayant remplacé le total look noir que nous avions pu découvrir la saison précédente.  Tous les codes restent bien présents, l’esprit équestre qu’avait su insuffler l’ancien directeur artistique, Jean Paul Gaultier, lors de son dernier défilé est resté d’actualité.

Christophe Lemaire a su en tirer parti, et y a ajouté certaines références mythologiques grecques, ouvrant ainsi une nouvelle dimension, celle du voyage que représente si bien la maison Hermès.  Le cuir et la soie, matières fétiches de la maison et sa couleur, le orange, n’ont pas été négligées et restent à l’honneur pour ce premier défilé. Certains accessoires, comme le foulard emblématique de la marque, se transforment en robe du soir aux imprimés de plume.  On reste incontestablement dans une certaine sensualité. Un défilé particulièrement bien orchestré.

 

Découvrez l’ensemble de la collection Hermès. retrouvez également cet article sur le site d'Essentielle.be - Retrouvez le défilé Hermès ici.

Riccardo Tisci pour Dior ?

Riccardo Tisci.jpg

L’info vient de tomber et doit encore être confirmée, mais ce serait apparemment le designer Riccardo Tisci, souvenez-vous, celui qui souhaitait « faire de la maison  Givenchy quelque chose d’un peu plus spécial » qui reprendrait bien la succession de John Galliano chez Dior.

L’info viendrait d’un lâchage de tweet de Derek Blasberg, éditeur du Harper’s Bazaar. On pouvait y lire : “Je viens juste d’apprendre dans les coulisses du concert de Katy Perry que Riccardo Tisci était CONFIRME chez Dior.”

Affaire à suivre…

15:27 Publié dans Mode | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tisci, dior

06/03/2011

Vidéo : Kate Moss for Longchamp



Une odeur de printemps sous air hippies folk, voici la combinaison de la dernière vidéo où l’on peut découvrir la brindille, Kate Moss, pour Longchamp, et on doit dire que c’est assez réussi.

Sur un air de Nancy Sinatra, Kate nous embarque dans une promenade bucolique aux allures Seventies.  La vidéo a été tournée au Maroc et sert de teasing pour une pub télé intitulée Faraway qui a été dévoilée à la télévision ce dimanche 6 mars.

Parfait, tout simplement.

04/03/2011

Dior, le défilé le plus attendu de cette Fashion Week parisienne

dior_8.jpeg



L’ambiance était quasi électrique ce vendredi 4 mars à 14h30 devant le musée Rodin – Paris. Il faut dire que l’humour n’est peut-être pas forcément le bienvenu en ce jour de défilé alors que le désigner Galliano vient de perdre sa place, au sein de la maison Dior, suite au dépôt de la plainte pour propos antisémites.


Le petit groupe qui ce sera donc réuni, béret sur la tête et mimant l’état d’ivresse du designer et en criant “Rendez nous Galliano!”, ne s’étonnera donc pas d’avoir été évacué en quelques minutes par la police. Il faut dire que chez Dior, on fait profil bas.

Évidemment, Galliano n’a pas été convié à l’événement dont les coulisses ont exceptionnellement été fermées à la presse. Même si il nie les faits qui lui sont reprochés, le couturier a tenu à présenter ses excuses. “Depuis les événements de jeudi soir dernier, je n’ai pu m’exprimer publiquement sur ce qui s’est passé. Je présente mes excuses sans réserve si ma conduite a pu choquer. L’antisémitisme et le racisme n’ont pas de place dans notre société. Je nie totalement les accusations portées contre moi. Cependant, j’accepte totalement qu’elles aient pu choquer et mis des gens en colère.”

John Galliano aurait d’ailleurs quitté la France et afin d’intégrer un célèbre centre de cure de désintoxication pour se soigner de son addiction à l’alcool. On peut s’imaginer qu’en cette date du 4 mars, le designer ne s’attendait certainement pas à devoir troquer les lumières de son défilé contre le soleil de la Californie. Le couturier britannique sera jugé en correctionnelle pour ses propos.

Retrouvez également cet article sur Essentielle.be - Découvrez le défilé Dior ici.

19:17 Publié dans Mode | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dior, défilé, show

02/03/2011

Qui pour succéder à John Galliano chez Dior ?

dior-logo.gifQui succédera à John Galliano chez Dior? Plusieurs scénarios se profilent, entre virage à 180 degrés ou débauchage d'un styliste venu d'une autre grande maison, tandis que de tristes hommages affluent sur internet pour saluer l'immense talent de la star déchue.

La mise à pied du couturier britannique, annoncée mardi par la maison Dior à la suite des propos antisémites qu'il tient dans une vidéo circulant sur internet, marque la fin d'une collaboration fructueuse qui, en quinze ans, a remodelé l'image de la marque.

Mais Dior pourrait profiter de ce changement de directeur artistique pour opérer un virage et quitter une certaine flamboyance-- les mauvaises langues disent +bling bling+--, pour mieux s'accorder à l'époque, avance l'historienne de la mode Lydia Kamitsis, interrogée par l'AFP.

Dans le genre radical, l'un des noms évoqués est celui de Hedi Slimane, ex-directeur artistique de Dior homme, qui reste la référence en matière de renouvellement de la mode masculine. "Il connaît parfaitement la maison. Il a plutôt un profil réservé mais une grande force de conviction et une vision artistique forte, et il est déjà très aimé", souligne Mme Kamitsis.

hedi_slimane.jpgCela ferait une belle histoire, comme la mode les affectionne. Slimane, 42 ans, a un "profil atypique", grâce à ses liens avec la scène artistique, et "il a pris du recul depuis quatre ans, il arriverait quasiment vierge" dans ce scénario de "retour glorieux", note-t-elle.

D'autres évoquent aussi Alber Elbaz qui a relancé Lanvin, chouchou du milieu pour son grand talent comme pour sa personnalité attachante, ou le mystérieux Riccardo Tisci, qui dirige actuellement la création chez Givenchy, dans le giron de LVMH. Le Français Haider Ackermann, formé à Anvers, qui dirige sa propre marque, est également cité.

En attendant les résultats de l'enquête concernant M. Galliano, plusieurs personnalités de la mode ont rendu hommage à son talent mais les principaux acteurs, notamment les créateurs, restaient figés dans un silence gêné. Selon Suzy Menkes du Herald Tribune, M. Galliano se serait laissé convaincre "par ses amis" d'entrer en cure de désintoxication.

alber_elbaz.jpgPlusieurs sources, y compris au sein de la maison Dior, racontent que le créateur, pris dans une spirale alcoolisée, n'était "quasiment plus au studio" depuis des mois. Outre la pression des collections, il aurait eu beaucoup de mal à se remettre du décès en 2007 de Steven Robinson, son ami et principal collaborateur depuis une vingtaine d'années. Sur internet, même ses plus fervents admirateurs ne trouvent pas de circonstances atténuantes aux propos choquants tenus par le couturier sur la vidéo qui circule depuis lundi.

Le blog très consulté "The sartorialist" veut y voir "un homme triste prêt à dire n'importe quoi pour blesser, dans un appel à l'aide désespéré", espérant que le couturier "ira chercher l'aide de professionnels dont il a manifestement besoin". Beaucoup rappellent les précédents de couturiers ayant perdu pied, suite à leurs propres excès comme aux pressions du milieu: Yves Saint Laurent bien sûr, en dépression chronique, ou Alexander McQueen qui s'est suicidé il y a tout juste un an.

Après la chute du "géant" Galliano, adulé pendant si longtemps, son avenir professionnel semble bien sombre. D'autant que sa propre marque est contrôlée à 90% par la maison Dior, ce qui laisse planer de sérieuses incertitudes. Mais "le milieu de la mode a la mémoire du talent", souligne Lydia Kamitsis, sur une note plus optimiste. Dans cet univers, comme l'a montré notamment le retour en force du mannequin Kate Moss après son scandale cocaïné, "le rachat est toujours possible".

Source AFP

La maison Dior licencie John Galliano, accusé de propos antisémites

galliano.jpegLa maison de couture française Dior a annoncé mardi qu'elle allait se séparer de son styliste John Galliano. Il est accusé de propos antisémites et racistes, au lendemain de la diffusion d'une vidéo sur internet dans laquelle il déclare "adorer Hitler".

Malgré cette décision, le défilé Dior prévu vendredi dans le cadre de la Semaine de la mode à Paris, "pour le moment, n'est pas annulé", a précisé à l'AFP le service de presse de la maison de couture, qui avait suspendu le créateur britannique dès vendredi.

Toute l'affaire a commencé jeudi soir par une altercation entre le styliste et un couple dans un café à la mode du quartier du Marais à Paris, situé à deux pas de son domicile. Interpellé en état d'ébriété, le directeur artistique de Dior depuis quinze ans est accusé d'avoir proféré des propos racistes et antisémites. Le lendemain, il dément ces propos et porte plainte pour diffamation.

Visé par une deuxième plainte pour injures racistes samedi, il se présente lundi dans un commissariat de police pour une confrontation avec le couple et la nouvelle plaignante. Aucun témoin ne confirme les allégations. Mais cependant une vidéo accablante est diffusée sur internet par le tabloïd anglais The Sun. Dans ces images apparemment captées par un téléphone portable, M. Galliano lance: "J'adore Hitler. (...) Des personnes comme vous seraient mortes. Vos mères, vos pères seraient tous des putains de gazés".

Selon le Sun, la scène, filmée dans le même café que l'altercation de jeudi, daterait de décembre. "Aujourd'hui, en raison du caractère particulièrement odieux du comportement et des propos tenus par John Galliano dans une vidéo rendue publique lundi, la maison Christian Dior a décidé sa mise à pied et a engagé à son encontre une procédure de licenciement", indique la griffe dans un communiqué.

Le PDG de Dior Couture, Sidney Toledano, cité dans le communiqué, "condamne avec la plus grande fermeté les propos tenus par John Galliano en totale contradiction avec les valeurs essentielles qui ont toujours été défendues" par la maison.

A 50 ans, M. Galliano reste l'un des stylistes les plus admirés au monde pour son art de la coupe, ses mélanges savants de matières et son sens du spectacle. "A son arrivée à Paris, cela a été une révolution, il a amené une scénographie qui n'existait pas avant", souligne une source. Mais le choc provoqué par l'affaire risque de perdurer. L'actrice américaine Natalie Portman, qui est le visage de la publicité pour un parfum Dior, s'est dite "profondément choquée et écoeurée", dans un communiqué cité par le New York Times.natalie-portman_2.jpg

"A la vue de cette vidéo, et en tant que personne fière d'être juive, je ne veux être associée d'aucune manière avec M. Galliano", a-t-elle ajouté. Dimanche, l'actrice avait déjà manifesté sa désapprobation en portant aux Oscars une robe d'une marque américaine.

A Paris, un jeune créateur, qui souhaite conserver l'anonymat, estime qu'une "cure de désintoxication" s'impose pour le couturier, connu pour ses excentricités et ses excès. Un autre, qui vit dans le même quartier que le couturier, dit qu'il ne "compte plus le nombre de fois" où il l'a vu "se prendre des caisses (s'enivrer, NDLR) et être ramené chez lui".

Outre ses déboires avec Dior, la marque "John Galliano" pour laquelle il dessine des collections de prêt-à-porter féminin et masculin est financée en partie par Dior. Le défilé de sa propre marque est prévu dimanche. La maison Christian Dior Couture appartient au milliardaire Bernard Arnault, qui contrôle le géant du luxe LVMH.

Source AFP

Premiers défilés de la Fashion week à Paris, alourdie par l'affaire Galliano

défilé.jpgLes premières collections de prêt-à-porter pour l'hiver prochain ont été présentées mardi à Paris, dans un climat alourdi par l'affaire Galliano qui restait au centre des conversations.

Rédactrices de mode et acheteurs arrivaient pour beaucoup de Milan, où ils ont été choqués vendredi par la révélation de l'affaire. Certains échangeaient leurs impressions sur les chances de survie de John Galliano au sein de la maison Dior, mais beaucoup avaient déjà replongé dans la "bulle" des défilés. "The show must go on!" (le spectacle continue), commentait un journaliste étranger, sur le ton de la plaisanterie.

Le créateur de Dior, visé par des accusations d'injures racistes et antisémites, a été suspendu vendredi par la maison Dior "dans l'attente des résultats de l'enquête". La maison de couture devait se prononcer dans la journée sur le maintien de son défilé prévu vendredi au musée Rodin. La journée a commencé avec le défilé, tout en noir et blanc, de la Portugaise Fatima Lopes.

Sur une bande son années 1980, les filles aux franges asymétriques ont rappelé au public qu'il faisait froid dehors, en fourrures, laine et beaucoup de cuir. Sur plusieurs robes ou tuniques, de grandes manches sont rattachées aux hanches, des fentes laissant échapper les bras. Et des guêtres de cuir blanc habillent des escarpins à talon noir verni.

Pour le soir, plusieurs robes longues en satin noir, ajourées de bandes en dentelle, sont si étroites que les mannequins, perchés sur d'immenses talons, parviennent à peine à marcher, avançant, mécaniques, à tout petits pas. Le duo londonien Aganovich ou le Turc Hakaan Tildirim, lauréat l'an dernier du prix de l'Andam qui soutient les jeunes créateurs travaillant en France, devaient également présenter leurs collections mardi, lors de cette première journée de Fashion week traditionnellement réservée aux petites marques.

Source AFP