Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/12/2010

Hermès : le boutique Rive Gauche

Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI

Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI

Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI

Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI

Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI

Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI

Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI

Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI


Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI

Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI

Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI

Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI

Boutique Hermès Rive Gauche par RDAI

Source : www.muuuz.com

02/12/2010

Lagerfeld for Pirelli


03778140-photo-calendrier-pirelli-2011.jpgCela maintenant fait plus de 60 ans que Pirelli (oui, oui, les pneus) fait trembler le petit monde de la monde avec la sortie de son calendrier distribué à seulement 600 exemplaires en France.

En effet, depuis 1964, ce qui devait être au départ un simple calendrier cadeau  d’entreprise à su faire sa place dans le monde du glamour avec ses photos aux poses lascives et sensuelles de ses mannequins.  Aujourd’hui, le calendrier Pirelli est carrément devenu culte, avouons-le.0145000003791444-photo-calendrier-pirelli-2011-24-modeles-sous-l-objectif-de-karl-lagerfeld.jpg

Et si l’année dernière, c’est la photographe Therry Richardson qui avait fait l’évènement avec ses mannequins mangeuses de bananes, c’est le designer Karl Lagerfeld qui s’y colle cette année en nous présentant une série de photos dont le thème n’est autre que les mythiques antiques et la nudité qui l’accompagne.Ce calendrier 2011, déjà annoncé comme l’un des favoris se distingue par l’élégance des photos.  Il faut dire que le couturier, fervent admirateur de la beauté des corps à su rendre hommage à ces derniers tout en gardant une certaine élégance.

Et alors que le calendrier ne sera pas vendu, et non seulement quelques privilégiées auront le plaisir de se voir offrir l’objet de toutes les convoitises, les photos font déjà un buzz sur internet.

Découvrez notre album photo ici.

 

01/12/2010

Exposition : Georges Vandenbosch (1912-1981)

vandenbosch.jpg

” Que conserver ? Que transmettre ? Pour que dire ?…”

C’est ce que Francine Pairon, l’une des filles du Colonel Raymond Pairon nous aide à comprendre. Directrice de la Section “Création” de l’Institut de la Mode à Paris, Francine Pairon qui vit toujours à Bruxelles a choisi, avec ses frère et soeurs, d’offrir à la Ville de Charleroi un patrimoine familial riche de sens en offrant à la collectivité un large ensemble d’œuvres de Georges Vandenbosch.

Cette donation constitue donc une belle occasion pour le Musée de permettre au public de redécouvrir Georges Vandenbosch, artiste dont le Critique d’art Roger-Pierre Turine indique qu’ à l’instar de nombre de ses collègues du 20ème siècle, Vandenbosch a pris son envol au coeur de la nature pour n’en retenir, plus loin, tels un Kandinsky ou un Mondrian, que les lignes de force, droites ou courbes, que l’oeil attentif découvre, tout naturellement, en scrutant l’espace qui l’environne, bâti ou non bâti.

Cette exposition est organisée avec le soutien de l’IRPA et de l’asbl Les Amis des Musées de la Ville de Charleroi et scénographiée par Franc’ Pairon

Infos pratiques : Palais des Beaux-Art Place du Manège, 1 6000 Charleroi. Du 26 novembre 2010 au 26 mars 2011. Du mardi au vendredi de 9h00 à 17h00. Samedi de 10h00 à 18h00.

30/11/2010

Beautiful People, le livre coup de cœur !

drake1.jpg

 

Elu par le magazine ”Lire” comme l’un des 20 meilleurs livres de l’année 2008, j’ai presque honte d’avouer que j’ai découvert, il n’y a pas si longtemps que ça et un peu par hasard ”Beautiful People. Saint Laurent, Lagerfeld : splendeurs et misères de la mode”, et depuis, je ne le quitte plus.

Bizarrement, alors que cela fait plus de 10 ans que je travaille dans le monde de la mode, je n’avais aucune idée d e l’histoire passionnante qui reliait les deux monstres sacrés de la mode française, Yves Saint Laurent et Karl Lagerfeld.

Ce roman se dévore avec passion et avec une certaine frénésie, mettre un pied dedans, c’est sauté à pied joint dans dans l'univers des années '70 où la mode se dévoile comme elle ne l’avait encore jamais fait à travers une véritable chronique quasi historique, étayée par des centaines de notes et de références. Un livre que je conseille à tout le monde, mordu ou pas de mode.


”Beautiful People. Saint Laurent, Lagerfeld : splendeurs et misères de la mode”

En 1954, Yves Saint Laurent a 18 ans. Il remporte le premier prix du concours de stylisme organisé par le secrétariat  national de la laine, dans la catégorie ”robes du soir”. Karl Lagerfeld est un peu plus âgé, il a 21 ans, et il remporte le premier prix de la même manifestation, mais dans la catégorie ” manteaux”. A l’époque, les deux jeunes couturiers se fréquentent, et sont plutôt amis. Une camaraderie qui ne résistera pas bien longtemps à leurs carrières naissantes.

Yves est engagé très vite par le Roi de la mode, le sauveur du chic parisien, Christian Dior. Il devient son assistant personnel avant d’intégrer la direction de la prestigieuse maison, au décès de Dior, en 57, et de lancer sa propre collection à la fin des années 50. Alors qu’au même moment, Karl se contente d’offrir ses services chez Balmain d’abord, chez d’autres ensuite.

Les deux hommes ne jouent plus dans la même cour… Momentanément en tout cas… Jusqu’à ce que Lagerfeld rejoigne Chanel en 82.  A 49 ans, le génie allemand est à nouveau sur le même pied d’égalité que son rival de toujours…

Alicia Drake, journaliste britannique, a travaillé de longues années, et rencontré des dizaines de témoins avant de se lancer dans l’écriture de l’ouvrage qui regorge d’anecdotes, pour raconter une époque absolument extraordinaire : celle des années 70, celle des fêtes, des excès d’après mai 68, celle où libération sexuelle et homosexualité ne heurtent plus les mentalités. Une époque où la mode n’est pas encore engloutie par la mondialisation et les grands groupes financiers.


”Beautiful People. Saint Laurent, Lagerfeld : splendeurs et misères de la mode”, Alicia Drake, Folio

29/11/2010

Plus de 270 oeuvres présumées de Picasso chez son électricien

picasso.jpgDeux cent soixante et onze oeuvres présumées du peintre Pablo Picasso ont été saisies par la police le 5 octobre dernier à Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) au domicile de l'ancien électricien de l'artiste, a-t-on appris lundi confirmant une information du quotidien "Libération". Après cette découverte estimée à 60 millions d'euros, ses héritiers ont déposé une plainte contre X pour "recel".

Ceux-ci ont été contactés en janvier 2010 par un septuagénaire qui avait travaillé comme électricien au domicile du peintre entre 1970 et 1973. Il désire alors faire authentifier un ensemble de collages, de lithographies, de gouaches dont il a envoyé des photos par courrier.En septembre, cet homme et sa compagne rencontrent à Paris Claude Picasso, le fils du peintre et l'administrateur de la succession, et dévoile 175 pièces inédites qui ne figurent pas à l'inventaire de la succession.

Selon "Libération", l'ensemble remonte à la période 1930-1932 et contient notamment neuf collages cubistes d'une valeur de 40 millions d'euros, une aquarelle de la période bleue, des gouaches sur papier, une trentaine de lithographies et plus de 200 dessins.

Source AFP

Le Silence de Lorna

le-silence-de-lorna_1.jpg

A voir ce soir à 20h40 sur ARTE.  Ce film des frères Dardenne plusieur fois récompensé est une perle en soi. Pour devenir propriétaire d’un snack avec son amoureux Sokol, Lorna, jeune femme albanaise vivant en Belgique projette d'éliminer son mari, un héroinoman interprété par Jérémie Rénier. Ensuite, elle devra épouser un russe afin de lui donner la nationalité belge et enfin, peut-être, vivre son rêve avec le véritable homme qu’elle aime : vendre des paninis dans une ville belge.

Dans ce film des frères Dardenne, tout tourne autour de l’argent et des sacrifices. Lorna a un rêve, elle croit en son avenir et ne se laisse pas abattre. A l'allure docile,  Lorna n'en est pas moins une jeune femme rusée, avide et vénale. Prête à tout pour atteindre son but, elle économise comme une fourmi pour préparer son futur…

18/11/2010

Jean Michel Basquiat - Painting Live, Downtown (1981)

20:31 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : basquiat

Yesssssssssssss !! Basquiat s’expose à Paris.

basquiat_4.jpgSi vous êtes fan de Basquiat, c’est le moment de sauter dans un TGV direction Paris où se tient une rétrospective de l’artiste au Musée d’art moderne de Paris. Cette exposition est présentée à l’occasion du cinquantième anniversaire de la naissance de l’artiste et c’est la première de cette envergure en France.

Basquiat :

D’origine portoricaine et haïtienne, né en 1960 à Brooklyn dans l’Etat de New York et mort dans la même ville en 1988 à la suite d’une overdose à l’âge de vingt-sept ans, Basquiat appartient à la génération des graffiteurs qui a brusquement émergé à New York à la fin des années 70. En 1977, il commence à signer ses graffitis du nom de SAMO (pour « Same Old Shit ») accompagné d’une couronne et du sigle du copyright. Au cours de sa fulgurante carrière, sa peinture passe de la rue au tableau.

Son univers mélange les mythologies sacrées du vaudou et de la Bible en même temps que la bande dessinée, la publicité et les médias, les héros afro-américains de la musique et de la boxe, et l’affirmation de sa négritude. Il définit ainsi une contre-culture urbaine, underground, violente et anarchique, pétrie de liberté et de vitalité. En 1982, Basquiat est invité à participer à la Documenta 7 de Kassel en Allemagne. L’année suivante, il est le plus jeune et premier artiste noir à exposer à la Biennale du Whitney Museum of American Art à New York.basquiat_2.jpg

À partir de 1984, il réalise en commun des peintures avec Andy Warhol jusqu’à la mort de ce dernier en 1987. S’étant toujours défini comme un peintre influencé par son environnement urbain quotidien, les racines de sa pratique «expressionniste primitiviste» sont à trouver du côté d’une peinture européenne d’après-guerre, celle de Jean Dubuffet, réfractaire à l’«asphyxiante culture» ou celle de Cobra, ainsi que du côté de la grande tradition américaine de Robert Rauschenberg à Cy Twombly.

Après sa mort prématurée en 1988, il laisse une œuvre considérable habitée par la mort, le racisme et sa propre destinée. Sa vie brûlante et explosive, mêlant le star-système et la révolte, a inspiré en 1996 le film « Basquiat » du peintre et cinéaste Julian Schnabel. En 1984, le musée d’Art moderne de la Ville de Paris avait déjà présenté Jean-Michel Basquiat dans une exposition collective consacrée au mouvement de la Figuration Libre France/USA, aux côtés de Robert Combas, Hervé Di Rosa, Keith Haring.

basquiat3.jpgCette rétrospective composée d’une centaine d’œuvres majeures (peintures, dessins, objets) provenant de nombreux musées et de collections particulières américains et européens, permet de reconstituer le parcours chronologique de l’artiste et de mesurer son importance dans l’art et dans l’histoire de l’art au-delà des années 80.

L’exposition Basquiat a été conçue par la Fondation Beyeler à Bâle - où elle a d’abord été présentée (9 mai - 5 septembre 2010), et organisée en collaboration avec le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris. C’est la première exposition de cette ampleur jamais consacrée à Basquiat.

PLUS D’INFOS :

L’expo se teindra jusqu’au 30 janvier 2011. Site du Musée d’art moderne de Paris.

Relire cet article sur Essentielle.be. - Découvrez quelques oeuvres de Basquiat ici.

20:22 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : basquait, exposition, paris

15/11/2010

Gilbert and George


gg.png
g-and-g11.gif
gilbertandgeorge1.jpg
Gilbert-and-George1-361x583.jpg
gg.3.jpg

17:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gilbert and george

Gilbert & Georges s’exposent au Bozar

2008-FLAG-LEAFv_large.jpg


Il aura presque fallu attendre 25 ans, depuis la grande rétrospective de Gilbert et George, pour que Bruxelles ré-accueille à nouveau le duo d’artistes, certainement le plus controversé, mais également le plus durable au monde, Gilbert & George.


En effet, depuis le 29 octobre et jusqu’au 23 janvier 2011, le Palais des Beaux-Arts présente une nouvelle exposition majeure, les Jack Freak Pictures, composée de 153 images. L’exposition aborde les thèmes souvent explorés depuis plus de quarante ans par Gilbert & George à travers leur œuvre : la vie en milieu urbain, les conflits raciaux, la sexualité, le nationalisme, la religion, la mort, l’espoir, la vie, la peur.

Gilbert & George se sont fait connaître à la fin des années 1960 avec leur performance devenue entre-temps légendaire, Singing Sculpture. Depuis, ils se sont rendus plus célèbres encore avec ce qui fait leur marque de fabrique : des images monumentales immédiatement reconnaissables, assemblées à la manière de vitraux modernes.

L’exposition des Jack Freak Pictures est une exposition impressionnante, lorsqu’on découvre pour la première fois les œuvres de Gilbert & George, on ne peut que se sentir tout petit, face à la l’immensité de leur oeuvre.  Les Jack Freak Pictures reprennent différents motifs Londoniens  tel que le drapeau, les murs de brique, les plans de la ville et bien évidemment les deux artistes en scène. Face à leur vision de notre monde (ou du leur), on ne peut rester indifférent tellement l’émotion est grandissante. Gilbert & George ont su développer une nouvelle manière de s’exprimer à travers un langage visuel qui leur est propre.  Une exposition à découvrir de toute urgence.

Gilbert & Georges

Du 29 octobre 2010 au 23 janvier 2011
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Le jeudi de 10h à 21h
Fermé le lundi

Tarifs : 10 €,  8 €, 5 €
Info & tickets : T. +32 (0)2 507 82 00

www.bozar.be

Palais des Beaux-Arts
Rue Ravenstein 23
1000 Bruxelles


Découvrez également cet article sur le site Essentielle.be